Dossier spécial sur l’anniversaire des 85 ans du Parti Communiste Libanais (PCL) : Changement dans le rouge


Le PCL a fêté le weekend dernier ses 85 ans et étaient prévus au programme des expositions artistiques, culturelles et des débats politiques. Le slogan du PCL pour ces festivités était « le changement dans le rouge », un symbole fort qui mêle à nos yeux poursuite des combats propres aux idéaux du Parti tout en n’oubliant pas de s’adapter au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Ce weekend a permis de traiter de nombreux sujets passés et des perspectives d’avenir du PCL. Avant de rentrer en matière, un petit tour d’horizon de la gauche au Liban.

Au Pays du Cèdre, le PCL est à proprement parlé la seule force politique de gauche, appelant à un changement total du système politique, économique et supporte la Résistance armée contre Israël. Il existe un autre mouvement, autoproclamé de gauche nommé La Gauche Démocratique et dirigé par Elias Atallah. Ce dernier s’est complètement discrédité par son alliance avec le groupement du 14 mars composé de partis sectaires qui prônent une politique économique ultra libérale et ont soutenu la politique étrangère impérialiste américaine dans la région tout en dénonçant la Résistance armée du Hezbollah contre Israël Aux dernières élections de juin 2009, la Gauche Démocratique n’a obtenu qu’un seul siège au parlement essentiellement grâce aux électeurs du Courant du Futur de Saad Hariri, loin d’être des amateurs des idéaux de gauche. Quelques autres formations de taille très modeste existent mais n’ont pas d’assise véritable sur la scène politique libanaise. Le PCL est donc véritablement l’unique représentant de la gauche sur l’échiquier politique du Pays du Cèdre.

Programme Politique

Le PCL soutient l’édification d’un « Etat démocratique laïque et résistant », mot d’ordre du dernier Congrès[1]. Il prône l’abolition du système confessionnel à tous les niveaux de l’Etat et de la société, le parti considère le sectarisme comme la raison à tous les maux du Liban et à la succession des crises dans le pays. Il encourage la formation d’un Etat Providence qui garantit une assurance santé à tous les libanais et renforce l’éducation publique nationale. Le PCL désire une nouvelle loi électorale basée sur le principe de la proportionnelle qui constitue selon ses membres la meilleure façon pour exprimer la voix du peuple et représenter les différentes forces du pays.

Élections juin 2009 et nécessité de réforme

Les élections législatives libanaises de l’été dernier ont été le pire résultat de l’histoire du parti en ne remportant aucun siège au parlement. Tout d’abord, le PCL s’est tout de suite opposé à cette loi de 1960 basé sur le caza qui ne faisait que renforcer les tendances confessionnelles du vote. Les partisans se sont d’ailleurs mobilisés contre la nouvelle loi électorale le 26 août 2008, en manifestant devant le Parlement[2]. Le parti refuse par principe toute loi électorale confessionnelle, il faut créer selon lui au Liban une société civile non confessionnelle[3]. Le PCL a tout de même participé aux élections et a fait campagne sur 5 thèmes qui lui sont chers : la proportionnelle, la suppression du confessionnalisme, le Liban en une seule circonscription, le quota féminin temporaire et le vote à 18 ans[4].

Le PCL qui fait partie ou est en tout cas est plus proche du camp 8 mars, n’a pourtant pas formé de liste commune avec ce dernier faute d’accord politique sur un programme commun, ce qui a grandement contribué à l’échec du parti aux élections. Marie Nassif-Debs, la Responsable des relations internationales du PCL, a d’ailleurs déclaré que « le PCL a commis une erreur tactique ; il aurait dû se retirer de la bataille électorale tout en poursuivant la bataille politique contre la loi. Parce qu’en plus de la défaite, le parti n’a pas pu regrouper tout son électorat dont une partie a préféré « le vote utile » »[5]. Mais comme l’explique le Secrétaire Général Khaled Haddede, les deux pôles du camp du 8 mars et alliés du PCL, le Hezbollah et le CPL, ont refusé de signer un accord sur un programme politique minimum, et non pas un changement généralisé de tout le système politique voulu par le parti, comportant trois éléments :

-identification claire que l’ennemi national est Israël ( facile à obtenir des deux parties) ;

-annulation du système confessionnel, mise en place de la proportionnelle et d’une seule et unique circonscription pour tout le Liban ;

-rééquilibrer la politique économique entre la croissance de l’économie nationale et des garanties sociales pour les citoyens[6].

Le refus du CPL et du Hezbollah sur les deux derniers points de l’accord a mené le PCL à mener seul la bataille des élections contre les deux pôles hégémonique du 8 et du 14 mars dans une atmosphère de tensions confessionnelles extrême le conduisant par conséquent vers une défaite inévitable.

Stratégie économique

Le PCL dénonce la politique économique ultra libérale poursuivie par les équipes au pouvoir depuis 1992 qui a ouvert le pays aux compagnies et fonds d’investissements étrangers sans se soucier de protéger les producteurs et l’économie nationale. Ils tirent également à boulets rouges sur la classe politique des deux camps qui se partagent les ressources et les richesses nationales à leur propre profit accompagné dans leur égoïsme par une bourgeoise nationale compradore, c’est-à-dire lié aux intérêts étrangers. Le PCL veut un changement de cap de la politique économique libanaise, notamment par le soutien aux producteurs et à l’agriculture nationaux, la protection de l’artisanat libanais et de leurs intérêts sociaux[7]. Ils soulignent également la situation de plus en plus difficile du peuple libanais face à l’inflation galopante qui a provoqué une augmentation générale des prix de 38.8% depuis l’été 2006, et notamment des prix des loyers de 11. 2% et de l’écolage de 4.1%[8], sans oublier les prix de produits de première nécessité également relevés et les coupures d’électricité plus fréquentes selon les régions. Le PCL met en garde contre la misère sociale qui touche le pays avec près de la moitié de la population du pays (soit 2 millions) vivant misérablement avec moins de 6 000 livres libanaises par jour (soit 4 dollars) tandis que le salaire minimum est fixé à quelques 500000 livres libanaises (soit trois cent trente dollars)[9].

Face à l’intensification de la crise socio-économique au Liban, le PCL s’est mobilisé ces derniers mois contre cet état des faits, et ont notamment organisé une série de manifestations et de sit-in à travers le Liban et à Beyrouth pour protester contre la pénurie d’électricité, la diminution des impôts indirects et droits de douane sur l’essence en particulier avant le début de la saison d’hiver; l’augmentation des salaires et l’amélioration de la sécurité sociale, l’abaissement des frais de scolarité et la création de possibilités d’emploi[10].

Politique étrangère

Le PCL conduit une politique visant à consolider la résistance nationale contre l’agression israélienne afin de mettre fin à son occupation des fermes de Chebaa et de libérer les derniers prisonniers libanais dans les prisons israéliennes. La direction du Parti Communiste du Liban, justifie son alliance avec le Hezbollah sur sa ligne politique qui repose sur la résistance à l’occupation d’Israël et l’opposition au projet américain de Grand Moyen Orient[11]. Il dénonce de même toutes les ingérences étrangères au Pays du Cèdre que ce soit dans le camp du 8 ou du 14 mars, mais souligne surtout l’influence négative joué par les USA au Liban et dans la région. Le PCL soutient les Palestiniens et leur droit légitime à la résistance armée pour réaliser leur objectif de libération nationale et de la création d’un Etat souverain.

La Jeunesse

C’est un sujet qui tient à cœur aux membres du parti qui veulent redynamiser les instances du parti avec l’afflux de nouveaux membres, jeunes de préférence, mais également car le parti s’est souvent fait le défenseur d’une jeunesse libanaise pleine de revendications et mise à mal par la situation actuelle. Le PCL a proposé de nombreux projets dans le domaine de l’éducation, comme par exemple l’enseignement obligatoire jusqu’à l’âge de 15 ans et une réforme du système éducatif, particulièrement dans les écoles techniques et les universités, mais également au niveau de l’emploi tel que le droit au travail et la mise en place de politiques de recrutement réelles liées, en même temps aux institutions scolaires et universitaires et au marché du travail ; la majoration du SMIG pour les jeunes ; et la sécurité médicale et sociale obligatoire pour les jeunes travailleurs[12]. Le part ajoute également son souhait de voir les jeunes se faire engager dans les syndicats étudiants et ouvriers, ce à quoi le PCL participe, pour les aider à se rassembler et renforcer encore davantage leur mouvement revendicatif.

Perspectives d’Avenir

En conclusion nous avons vu les différents combats et slogans du PCL qui fêtait ces 85 ans le weekend dernier. Les solutions proposées aux libanais par les membres du parti s’attaquent concrètement aux problèmes et aux revendications de tous les jours des libanais pour une vie plus juste et plus digne, tout en dénonçant la classe politique trop occupée à s’enrichir et attiser la fibre confessionnel pour augmenter le nombre de ses partisans.

Nous pensons qu’un seul élément reste toujours à accomplir pour le PCL : réunir autour de lui un front progressiste pour espérer réformer la société libanaise. Des ponts peuvent être jetés entre différents groupes afin de faire avancer de nombreuses causes sans que personne ne se sente violé dans son idéologie ou ses croyances. Il est bien pour le PCL d’affirmer qu’il faut restaurer et raffermir les liens avec les syndicats et les artistes, mais le Parti aurait tout intérêt à se développer davantage et s’ouvrir à de nouveaux acteurs. De nombreuses propositions du PCL rejoignent celles d’ acteurs de la société civile comme par exemple l’abolition du système confessionnel et la formation d’un Etat laïque du groupe de Me Karim Kobeissi, ancien membre fondateur du Mouvement du citoyen, qui milite pour l’abolition de l’inscription de la confession dans le registre d’état civil ou aussi avec le Centre civil pour une initiative nationale créé par l’ancien président de la Chambre Hussein Husseini qui est dans la même dynamique. Le PCL, qui a toujours promu la femme libanaise, pourrait s’accorder avec les organisations féministes et de genre dans leur bataille pour l’égalité des droits et du droit de transmettre la nationalité. Une association avec les groupes écologiques tels que Green Line ou Indy Act actif dans le domaine de l’agriculture, de l’environnement et qui favorise les énergies renouvelables, est possible également. Le PCL a en effet toujours pris la défense de l’agriculture et des paysans libanais. De nombreux autres rapprochements sont possibles notamment avec des ONG libanaises qui travaillent dans le domaine social et civique. En résumé les possibilités sont nombreuses pour former un front progressiste de la multitude, pour reprendre la thèse de mon dernier article du professeur Antonio Negri, uni pour le changement et pour une société libanaise plus juste.

Le PCL peut définitivement être un acteur important pour rassembler les forces vives du Pays du Cèdre. Il faut simplement le dépoussiérer un peu.

——————————————————————————–

[1]9 octobre 2009; حدادة : هذه هي أخطاء المرحلة الماضية.. وهذه هي خطة العمل المقبلة ;
[2] Par Nicolas Dot-Pouillard ; Révolution chez les chrétiens du Liban, juin 2009
[3]Marie Nassif-Debs; Les élections législatives libanaises ; lundi 22 juin 2009
[4]Marie Nassif-Debs; Les élections législatives libanaises ; lundi 22 juin 2009
[5] Marie Nassif-Debs; Les élections législatives libanaises ; lundi 22 juin 2009
[6]19 octobre 2009; حدادة : هذه هي أخطاء المرحلة الماضية.. وهذه هي خطة العمل المقبلة ;
[7]19 octobre 2009; حدادة : هذه هي أخطاء المرحلة الماضية.. وهذه هي خطة العمل المقبلة ;
[8]PCL; Monthly Bulletin on the Situation in Lebanon and the Region – 6, October 2009, PCL
[9]Contribution au 18e Séminaire communiste international ; « La jeunesse – la situation actuelle des jeunes, le travail des communistes parmi les jeunes et l’intégration des générations nouvelles dans les partis communistes » Bruxelles, 15-17 mai 2009
[10]PCL; Monthly Bulletin on the Situation in Lebanon and the Region – 6, October 2009, PCL
[11]Tiré du numéro 1842 d’Avante, hebdomadaire du Parti Communiste du Portugal ; Le choix inévitable de la résistance, 30 mars 2009
[12]Contribution au 18e Séminaire communiste international ; « La jeunesse – la situation actuelle des jeunes, le travail des communistes parmi les jeunes et l’intégration des générations nouvelles dans les partis communistes » Bruxelles, 15-17 mai 2009

About these ads
Comments
5 Responses to “Dossier spécial sur l’anniversaire des 85 ans du Parti Communiste Libanais (PCL) : Changement dans le rouge”
  1. CB says:

    Bel article les amis!Enfin du neuf et de l'info de qualité sur le PCL!Hâte de vous croiser sur beyrouth..!Biz à vs!CB

  2. Fadi Haddad says:

    C'est la 1ère fois que je m'identifie à un partie communiste. Je suis loin d'être un communiste – même pas un gauchiste – mais le Liban est dans une situation tellement extrême aujourd'hui qu'il faut faire appel à des solutions extrêmes. Les demandes du parties communistes sont certainement partagées par la majorité des libanais (à part l'élite snob) mais personne ne semble adhérer à leur idéologie (je ne suis par contre pas d'accord de garder le Hezbollah). Je crois que les partis politiques au Liban sont tellement encrés dans le sang que c'est une histoire de famille et de religion et personne ne va jamais changer de parti sinon il y aurait une crise dans la famille. Egalement, je crois que le terme "communiste" n'aide pas bcp le PCL à être populaire. Les gens en général trouve le communisme trop idéologique et dépassé – peut-être un re-branding du parti pour attirer de nouveaux militants?Tout ce que je sais c'est que le PCL est un parti qui me semble suivre une idée spécifique et non pas une religion, du profits à tout prix ou bien des idées démodées de martyrs (ou d'un père, d'un oncle ou d'un autre membre de la famille).Il faut de nouveaux partis politique au Liban dont les leaders sont des gens intelligents et non pas des fils-de.

  3. Fadi Haddad says:

    …DONC: Le parti communiste au Liban est un exemple à suivre et non pas à adopter (je suis sceptique quant aux communistes au pouvoir).Des partis politique composé de gens avec une idéologie claire pour le bien du Liban et non pas des familles prêtent à tout pour se remplir les poches.Voilà.

  4. Paola says:

    Pour am part je savais qu'il existait un Parti Communiste au Liban mais je n'avais aucune idée du contenu de leur programme, ni de leurs ambitions. Je leur ferais confiance s'il s'en tienne à ce que leur programme contient, car je les vois effectivement comme une entité plus indépendante que les partis les plus grands au Liban, corrompus et issus de certaines dynasties. En tout cas, c'est important d'avoir connaissance de la variété du paysage politque Libanais et de ne pas s'arrêter aux préjugés et termes qui nous empêche parfois d'aller au fond des choses.

  5. Joe Daher says:

    Merci Fadi pour tes commentaires, ils nous aident à prolonger le débat et à nous poser des questions sur les envies et les peurs des libanais en général.Je comprends ton appréhension par rapport au terme communiste, qui est vrai à un passé entaché de nombreux crimes mais que l'on devrait plutôt attribuer à des personnalités qui ont trahi les principes d'origines. Par exemple le capitalisme ou le libéralisme qui sont deux idéologies qui ont également entrainés des catastrophes dans le monde ne souffrent pas du même rejet chez les gens.Ensuite le PCL à travers l'histoire libanaise a tjs été à la pointe du combat social, politique et économique, il a notamment été en première ligne pour le vote des femmes, pour l'extension des universités publiques, etc.. le PCL a tjs prôné un Liban plus égalitaire et moins sectaireMais l'importance se situe vraiment dans le programme du parti comme tu l'as souligné qui répond à de nombreux problèmes propre au Liban. Donc mieux vaut le contenu qu'autre chose…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 40 other followers

%d bloggers like this: