Quelle réaction face à l’initiative contre les minarets ?


L’initiative contre la construction de minarets lancés par le parti politique populiste UDC fait débat en Suisse depuis plusieurs mois maintenant. Les ambassadeurs helvétiques ont d’ailleurs dû expliquer à de nombreux pays à dominance musulmane le système politique suisse pour éviter des malentendus diplomatiques avec ces derniers.
La Suisse abrite aujourd’hui une communauté musulmane riche d’environ 300 000 personnes. En règle générale la Suisse compte avant tout des ressortissants de l’ex Yougoslavie et de la Turquie, ainsi que des arabophones. On dénombre environ 37000 musulmans de nationalité suisse. Approximativement la moitié est suisse de naissance, ce qui signifie qu’elle est constituée d’enfants nés de parents suisses musulmans, mais également de convertis. La seconde moitié a acquis la nationalité suisse grâce à la naturalisation. Les musulmans de Suisse représentent le pourcentage non négligeable de 4.3% de la population (recensées en 2000), alors que les musulmans helvétiques ne représentent eux que le faible pourcentage de 0.6%. Ce pourcentage relativement bas en comparaison avec d’autres pays européens s’explique par le caractère restrictif du modèle suisse d’acquisition de la citoyenneté, notamment la prééminence de la filiation par le sang et le droit du sol. En 2000 le pourcentage de musulmans au bénéfice de la nationalité suisse s’élève à 11.75%. La population musulmane vivant en Suisse se caractérise fondamentalement par les aspects suivants : premièrement, elle présente une très grande hétérogénéité des nationalités. Deuxièmement une prépondérance d’un Islam européen puisque près de 90% dont originaires de pays européens (Yougoslavie et Turquie). Troisièmement, une population jeune, mixte, vivant principalement en milieu urbain et composée en grande partie d’étrangers.
Le débat autour des minarets a vite pris une tournure des plus vils, une habitude de l’UDC à chaque campagne politique, en accusant les minarets de représenter le symbole de la volonté de l’Islam de dominer les autres religions. Mais c’est bien le dernier slogan du parti populiste sur lesquelles nous allons réagir « qu’ils acceptent les clochers dans leur pays musulmans et nous réfléchirons ensuite sur la question des minarets en suisse » et qui a fait l’objet de l’article de la Tribune de Genève : les clochers chrétiens en terre d’islam, la question qui provoque.
Nous devons nous poser la question de comment répondre à ce genre d’attaque par des arguments qui ne pourront que laisser bouche bée nos adversaires. Nous allons donc défendre la possibilité de construire des minarets en Suisse en tant que citoyen suisse, quel que soit notre origine ou notre religion cela n’a pas d’importance, en se basant sur la Constitution Suisse et les lois de la démocratie.
La première question à nous poser est pourquoi des citoyens suisses de confessions musulmanes seraient responsables d’actes commis par des gouvernements étrangers. Simplement du fait qu’ils ont une religion en commun ? Alors devons nous tenir les catholiques responsables des actes et des décisions du Pape Benoît XVI. Les positions de ce dernier sont-elles les mêmes que celles de la majorité des catholiques, par exemple sur l’avortement, l’utilisation de préservatifs ou les droits des homosexuels. De même devons nous tenir responsable les citoyens suisses de confessions juives des actes commis par l’Etat d’Israël contre les Palestiniens ou des nombreuses autres atrocités commises contre des populations arabes. Nous ne le pensons pas, au contraire les citoyens suisses quel que soient leurs confessions sont responsable envers leur Etat uniquement et non un tiers. La réciprocité comme argument utilisé par les populistes pour justifier leur initiative n’est donc pas tenable. De plus, est il censé de comparer un Etat démocratique tel que la Suisse avec des régimes dictatoriaux ou théocratiques ? L’application de la réciprocité dans ce cas là signifierait que le modèle démocratique suisse doit imiter ou se comparer avec un modèle théocratique tel que l’Arabie Saoudite. Il n’est en aucun envisageable de raisonner de cette manière, ce genre de positions n’est pas tenable, exception faite du parti populiste UDC par des positions démagogiques.
En second lieu, l’initiative contre les minarets va à l’encontre de la Constitution Suisse qui garantit à l’article 15 « la liberté de conscience et de croyance », de même l’article 8 assure l’égalité des humains devant la loi en stipulant l’alinéa 2 : « Nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa race, de son sexe, de son âge, de sa langue, de sa situation sociale, de son mode de vie, de ses convictions religieuses, philosophiques ou politiques ni du fait d’une déficience corporelle, mentale ou psychique ». La Constitution Suisse protège donc les citoyens de toutes les confessions et leur assure une égalité devant la loi. L’interdiction de la construction de minarets est bien un acte discriminatoire contre la communauté musulmane, comme serait le fait d’empêcher la construction d’un clocher. La question n’est pas de savoir si le minaret est indispensable à l’architecture d’une mosquée, la construction d’un tel édifice est un droit tout simplement. Le clocher également n’est pas indispensable pour la conduite de la prière, mais personne ne proteste à son encontre et émet des questions sur sa nécessité ou pas.
La campagne du parti politique de l’UDC contre les minarets n’est que la surface d’un mépris bien plus profond d’un groupe populiste contre la religion musulmane et sa communauté. Les nombreux débats télévisés ou dans les nombreux quotidiens sur l’initiative ont permis de constater la stigmatisation faite par l’UDC contre l’Islam et les musulmans, la dichotomie du « nous contre vous », « des valeurs de l’Occident contre les valeurs musulmanes », du « bien contre le mal » y était la règle. En effet cette attaque à peine voilée contre la religion islamique à travers l’interdiction des minarets est un pas supplémentaire fait par le parti UDC sur la scène politique suisse pour engranger des succès sur la peur des gens et le mensonge. L’intolérance du parti de l’ancien conseiller fédéral Blocher envers un soi disant « autre différent » est à nouvelle fois utilisé comme moyen pour gagner des batailles politiques.
La Suisse, ses citoyens et citoyennes, doivent montrer un front uni pour exprimer son rejet de cette initiative qui bafoue les droits d’une communauté de citoyens suisses et non suisse à la liberté de culte et à l’égalité entre tous. La Suisse, pays des Conventions de Genève et des Droits de l’Homme, doit montrer que ces valeurs démocratiques et de tolérance ne sont pas sans aucun sens et sont au contraire bien présente dans la culture helvétique.
Il est vrai qu’il est dû devoir de la Suisse de dénoncer la situation des Droits de l’Homme dans certains pays comme par exemple l’Arabie Saoudite mais sans le lier à des questions purement internes et pour mieux transgresser la Constitution Suisse en niant ces droits à des citoyens dont la religion serait différente de la majorité, car dans ce cas nous nous rapprochons du modèle de l’Arabie Saoudite au lieu de nous en éloigner.
La Suisse doit un rester un modèle d’ouverture, en votant contre une telle initiative, nous envoyons un message clair aux Suisses de confession musulmane : Vous êtes des citoyens à part entière!

Advertisements
Comments
3 Responses to “Quelle réaction face à l’initiative contre les minarets ?”
  1. Très bonne analyse d’une situation qui fait honte à la Suisse et aux idéaux qu’elle représente. L’utilisation des lois et des constitutions pour montrer à quel point cette initiative est insultante est très pertinente, la base juridique étant le meilleur outil de défense, car immuable.

  2. Anonymous says:

    Leur initiative a clairement un problème de subsidiarité. Sauf erreur ils entendent “faire reculer les avancées de la loi islamique en Suisse” en interdisant la construction des minarets??? J’ai pas vraiment saisi la corrélation…

  3. Joe Daher says:

    Tout à fait, et c’est toute la politique de l’UDC: rester dans la vague et les généralités… Politique populiste à 100%!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: