Conférence a Ramallah de Hanin Zogbi, août 2010


Cafe Thawra est fier de pouvoir rendre compte de la conférence offerte par Hanin Zogbi à Ramallah, l’actuelle capitale administrative de l’Authorité Palestinienne, devant une large foule de palestiniens, lesquels beaucoup sont déja sous le charme de la député palestinienne de la Knesset présente sur la flotille humanitaire et qui n’hésite jamais à défier ces homologues israéliens au parlement.
Une brève présentation de Hanin Zogbi est faite à l’auditoire.
Elle est née dans le village de Nasri et elle a étudié à l’Université de Haifa la philosophie et le journalisme
Elle était membre du parti Al Balad depuis 2003 jusqu’en 2008-9 et désormais elle fait partie du parti Tajamou en Palestine 48 ou à l’intérieur ( termes utilisées en lieu et place d’Israel) et elle est 1ère femme palestinienne à representer les palestiniens véritablement à la Knesset.
Un député israélien de la Knesset a exigé qu’on lui retire la nationalité israélienne pour avoir participé à la flotille humanitaire.
Situation à Gaza et en Cisjordanie Hanin Zogbie commence en en déclarant qu’en tant que palestinienne de l’intérieur ou de 48, elle parlera de la situation à l’intérieur des palestiniens de 48, mais avant cela dit tout de même quelques mots par rapport à la Cisjordanie et la Bande de Gaza. La situation politique dans ces territoires est, comme elle le souligne justement, mauvaise depuis la signature des accords d’Oslo. Les négociations n’ont rien donné, bien au contraire, et d’ailleurs les palestiniens de 48 dans la grande majorité étaient contre ces négociations dans un tel cadre. Israel profite de la situation des accords d’Oslo notamment au niveau sécuritaire et économique. Les investissements en provenance d’Europe n’ont cessé d’augmenter depuis les accords d’Oslo et les israéliens profitent des négociations pour transmettre au monde une image modéré du pays.
Les israéliens déclarent en effet qu’ils n’ont aucun intérêt pour la paix, car ils clament qu’ils n’ont jamais eu des aussi bonnes relations avec les palestiniens au niveau officiel.
Episode de la flotille humanitaire Hanin Zogbi commence tout d’abord par dire que sa présence, ainsi que d’autres représentants palestiniens de 48, sur les bateaux de la flotille humanitaire n’avaient pas uniquement pour objectif de briser le blocus de Gaza mais également adresser un message au monde et à Israel que nous palestiniens de 48 sommes une partie du peuple palestiniens et non une entité séparée en Israel. Notre présence sur les bateaux étaient dans le cadre général du soutien à la cause palestinienne.
Au parlement israélien de la Knesset nous avons essuyé les insultes des députés israéliens, ainsi que des accusations de traitises à la suite de notre paticipation à la flotille.
Les Palestiniens de 48, le Rassemblement politique Tajamou3 et le parti Al Balad Tout d’abord il est important de rappeler que les palestiniens de 48 sont une partie du peuple palestinien, au même titre que les réfugiés et habitants de la Cisjordanie et de Gaza.
Nous les palestiniens de 48 sommes les restes des restes de la Nakba, nous étions dans notre grande majorité des paysans à l’origine. Seul le parti communiste était , auparavant autorisé pour les palestiniens de 48, les partis nationalistes étaient interdits.
La deuxième Intafada a renforcé la volonté de soutien des palestiniens de 48 à la cause palestinienne. Les manifetstations pour la “journée de la terre” furent lancé en 1976, c’était très important, mais au début c’était une manifestation à caractère interne, c’est à dire au sujet de revendications de citoyens envers l’Etat. En l’an 2000, les manifestations en faveur de la “journée de la terre” ont pris un autre tournure, les manifestants ne descendaient plus dans les rues uniquement comme citoyens mais comme palestiniens, comme faisant partie du peuple palestinien. Lors de ces manifestations en l’an 2000, 13 palestiniens de 48 furent tués par les forces de l’ordre israélienne.
Aujourd’hui Israel lutte contre le projet nationaliste de al Balad, avant ce dernier il n’ y avait pas de réels partis nationalites, ils collaboraient tous avec l’Etat d’Israel. Le Parti al Balad refuse de participer à des festivités israéliennes comme par exemple le parti refusé l’invitation pour l’iftar organisé par la Knesset. C’est un symbole fort.
A la Knesset on nous présente comme les ennemis arabes, particulièrement le parti el Balad, car nous avons mis fin au soi disant concept d’Arabes Israéliens: le projet sioniste a été stoppé. Nous sommes des palestiniens.
Le rassemblement politique Tajamou3 est le seul parti politique arabe qui a officiellement refusé la demande d’Israel d’être reconnu comme un Etat pour les juifs à l’intérieur de 48.
Israel a compris depuis quatre ans que le parti politique al Balad menace leur stratégie. Dans les années 60, 70 et 80 les Israéliens que la seule la résistance d’en dehors les menaçaient. Notre discours est clair, nous sommes un parti nationaliste. En 2006, c’est la première fois que les palestiniens de 48 ont publié un document ave une série de demandes à l’Etat d’Israel, notamment le refus du parti al Balad de voir l’Etat d’Israel être reconnu comme Etat juif. La demande principale du document est l’égalité, citoyenneté égale, de même que la fin de la colonisation etde l’occupation.
Les Palestiniens de 48 n’ont malheuereusement rien pu apprendre de leur histoire à l’école, ils ne se reconnaissent pas dans le drapeau israélien, symbole de l’état sioniste. Nous vivons dans des Ghettos. le projet sioniste a définitivement été stoppé, le parti el Balad a mis fin au projet d’Arabes israéliens, un projet alternatif est désormais sur la table qui comprends les concepts d’identités et de citoyenneté.
Notre projet, nen tant que palestiniens de 48, est démocratique, nous demandons l’égalité, une citoyenneté égale, et cela n’est pas possible dans un Etat reconnu comme juif.
Nous travaillons à l’intérieur pour changer l’idéologie, nous ne voulons pas d’une citoyenneté juive. Nous sommes des citoyens avec une identité palestinienne. Le peuple palestinien est un et cela concerne tous les palestiniens et pas seulement ceux de 48.
L’Etat d’Israel parle avec nous à travers trois moyens : le Shabak, la police et les bulldozers. Il n’y a pas de débats à la Knesset avec nous.
Selon moi la situation du transfert des palestiniens de 48 n’est pas chose envisageable. Israel est sous les caméras de la communauté Internationale, il y a une limite à la force. De toute façon nous résisterons comme par le passé et ne quitterons pas notre terre.
Atmosphère raciste en Israel Depuis l’an 2000, l’atmosphère raciste en territoire de 48 n’a cessé de croitre à l’encontre des palestiniens. En 2006, le président de notre parti Azmi Bishara a été accusé de collaboration avec l’ennemi, d’avoir fourni des informations au Hezbollah et donc forcé à l’éxil pour ne pas être emprisonné. Les quatres dernières années ont été les pires, avec une réelle atmosphère raciste et même fasciste à la Knesset.
Actuellement beaucoup de partis israéliens veulent limiter les droits démocratiques au sein de la société israélienne pour assurer l’existence d’un Etat juif. La majorité des Israéliens veulent en effet voir leur pays être reconnu comme un Etat juif.
L’atmosphère en Israel est très tendue, les accusations fusent contre tous, les palestiniens de 48 comme étant une cinquième colonne, l’Iran, la Résistance, etc..
La reconnaissance d’Israel comme étant un Etat juif n’est pas seulement une menace pour les palestiniens de 48, mais également pour le droit au retour. Au niveau de la loi, le système sioniste menace tout le monde. Depuis quatre ans, les politiciens israéliens redoublent d’effort pour faire reconnaître Israel comme un Etat juif. Les palestiniens de 48 sont ceux qui saisissement le mieux cette menace. la cause palestinienne a en effet commencé en 48 et non en 67, et dans toute la palestine et non uniquement la Cisjordanie et Gaza.
Les politiques israéliennes ont pour but la reconnaissance d’Israel en tant qu’ Etat juif avec le maximum de territoires et le maximum de colons.
En 2009, 3ème parti en Israel celui de Lieberman, lequel est clairement raciste. La société israélienne s’est droitisée. Les accusations de traîtrises contre les palestiniens de 48 n’ont effet pas cessé de croître que ce soit durant les manifestations pour les jours de la terre, la guerre du Liban et autres.
A la Knesset, nous ne sommes pas présentés en tant qu’arabes et palestiniens, mais en tant que minorité non juive, chrétien ou musulman. Des dénomiations ayant pour objectif de nous diviser.
Les politiques israéliennes souhaitent nous voir partir, surtout en cas de paix.
Présence à la Knesset et dans les institutions israéliennes Je veux être representer a la Knesset pour remplir mes devoirs envers le peuple palestinien de 48, participer à leur évolution. Comme membre du parlement je peux montrer mon opposition a l’ocupation, que nous, les palestiniens de 48, ne sommes pas solidaires avec la politique israélienne.
Depuis la Knesset nous dénonçons les crimes de l’occupation.
Le débat sur le boycott de la Knesset a eu lieu au sein du rassemblement de Tajamou3 et finalement il a été décidé de ne pas boycotter cette institution. Par contre nous boycottons les éléctions présidentielles.
Le parti al Balad a eu de longs débats au sujet du service civil en Israel, à savoir si les palestiniens de 48 devraient servir ou pas, et nous avons finalement décidé comme position de principe le refus de voir des palestiniens de 48 au sein du service civil ce qui a été une désicion difficile à prendre car le service civil offre de nombreux avantages matériels et sociaux, et malgré cela nous refusons la participation à cette institution comme à de nombreuses autres d’ailleurs de palestiniens de 48.
Nous sommes à la Knesset pour les considérations et rendre service à nos concitoyens, car si nous étions absent qui prendrait notre place le Likoud les travaillistes, etc.. et nous payons un grand prix afin dêtre representé à la Knesset. Le boycott de la Knesset est selon nous pas possible à ce niveau la, nous voulons pouvoir donner un minimum de services à notre population. Nous ne pouvons pas laisser notre population être représenté par des sionistes. Nous boycottons déja beaucoup d’institutions jugés primordiales pour Israel comme la police, les affaires étrangères et internes, etc…
Nous devons travailler dans certains dommaines et à travers notre présence à la Knesset nous luttons contre l’Etat d’Israel.
Je ne veux pas être présenté comme une victime, ma position est forte , je suis dans mon droit. C’est la source de notre force. Nous sommes enfermés en Israel, incapables de voyager dans les autres pays arabes, quelle est notre place, nous ne pouvons pas aller dans les universités palestiniennes.
En Israel, nous ne disposons pas d’une assurance santé similaire aux isaéliens juifs, de même que nous ne pouvons constituer un projet économique fort à l’intérieur.
L’europe comprends notre position sur la question de citoyenneté, car sur d’autres questions ils acceptent Israel comme une démocratie, en effet dans leur histoire il est possible d’être un Etat démocratique et colonial. Le comportement d’Israel contre les palestiniens est donc accepté, surtout lorsque ces derniers sont présentés comme des terroristes.
Par contre sur la question de de la citoyenneté, l’Europe se rapproche des palestiniens de 48.
Accords d’Oslo et négociations Je ne suis personnellement par principe pas contre les négociations avec l’Etat d’Israel, mais que ces dernières se fassent dans le respect et les limites du projet et des intêrets nationaux. Si les négociations se font à l’exterieur du projet et intérêts nationux, je m’y oppose. Israel présente tous les jours des conditions pour les négociations, que ce soit au niveau de l’occupation ou de la colonisation.
Israel est satisfait de l’absence de paix, les négociations sont un moyen de temporiser.
Le rassemblement Tajamou est bien sûr opposé aux accords d’Oslo depuis le début.
Il faut selon moi pour pousser Israel a la paix, lui faire sentire le poids et lui faire payer le prix de l’occupation, sans cela Israel ne changera pas d’atitude.
Malheureusement on refuse aux palestiniens de 48 la possibilité de participer à la cause palestinienne, les accords d’Oslo sont le meilleur exemple de mis à l’écart des palestiniens de 48. Nous sommes une partie du peuple palestinien et notre réponse aux accords d’Oslo est que ces accords ne sont pas une solution pour le peuple palestinien.
Deux Etats ou un Etat? Il est possible qu’on commence avec deux Etats, ou pluôt un Etat et demi, avec un Etat de tout ces citoyens en lieu et place d’Israel et un Etat palestinien. Ensuite sur nous pouvons parler d’un Etat, pour lequel je suis favorable, mais concentrons nous d’abord sur la fin de l’occupation, qui reste la demande centrale.
Conclusion
Dans sa grande majorité, le public a apprécié le discours de Hanin Zogbi, laquelle a été longuement applaudi, Nombreux sont ceux dans la foule qui ont salué un discours clair, une rélle vision politique et un courage non dissumulé. Pour autant des questions restent sans réponses pour certain, tel l’utilité de la présence des palestiniens de 48 au parlement israélien, n’est ce pas une reconnaissance des institutions sionistes et un moyen pour Israel de démontrer au monde son soi disant caractère démocratique. L changement ou la lutte contre le sionisme pour les palestiniens est il possible à l’intérieur de la Knesset ou au contraire à l’extérieur. Malgré ces interrogations, Hanin Zogbi a démontré à plusieurs reprises dans son discours son refus et sa résistance face à un Etat raciste et qui occupe ces concitoyens, et nous a intelligement rappelé que la cause palestinienne a commencé en 1948 avec la Nakba et non en 1967. Le message est très clair, aucune solution pacifique au conflit ne sera trouvé sans un respect de toutes les composantes du peuple palestinien, c’est à dire des palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, des réfugiés palestiniens et des palestiniens de 1948. 

A bon entendeur.

Comments
2 Responses to “Conférence a Ramallah de Hanin Zogbi, août 2010”
  1. Salut! (en guise de complément à ta phrase de conclusion).Génial compte-rendu. A-t-elle eu quelque chose à dire au sujet des BDS ?et la position de Tajamou3 à cet égard ? ou au moins dans le mouvement Boycott From Within?Amicalement,Grégoire

  2. Café Thawra says:

    Salut mon ami et camarade!Ecoute je n'ai malheureusement pas eu d'informations à ce sujet de la député Hanin Zogbi. Mais de règle générale je pense que Tajamou soutient le BDS comme moyen de pression sur l'Etat sioniste au niveau internationale, ensuite ce qui est de la pratique il est difficile pour les palestiniens de 48 de tout boycotter vivant eux mêmes dans l'Etat sioniste. Toutefois,comme dit dans l'article Tajamou appel au boycott d'un certain nombre de ministères et services pour l'Etat israélien. Ils boycottent je pense tout ce qui est possible à leur niveau. Tout cela mérite tt de même confirmation et recherche.Merci pour ta question, et à bientôt

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: