Lutter contre deux maux à gauche: L’islamophobie et l’orientalisme en retour (partie II)

Version un peu plus longue de l’article publié dans le journal de Solidarités:  http://www.solidarites.ch/journal/#article=d/article/5561/&sommaire=d/numero/0

Nous avons dans la première partie tente de montrer pourquoi et comment la lutte contre l’islamophobie est une cause importante pour la gauche radicale, malheureusement souvent mis de côté chez certain·e·s camardes, dans son combat pour une société égalitaire et émancipée contre le système capitaliste. Dans cette deuxième partie, nous voulons démontrer que la lutte contre l’islamophobie ne doit en aucun cas laisser la place à un «orientalisme en retour ou inversé» qui touche une certaine partie de la gauche radicale quand nous analysons le Moyen Orient et l’Afrique du Nord.

Le concept d’orientalisme en retour

L’orientalisme en retour est un concept développé par le marxiste syrien Sadiq Jalal al Azm en 1980 face à ce qu’il considère comme une ligne révisionniste de la pensée politique arabe qui a fait surface sous l’effet du processus révolutionnaire iranien après 1979. La thèse centrale de ce courant, lequel trouve à sa source un certain nombre d’intellectuels de gauche et nationalistes déçus, peut se résumer comme suit : « Le salut national tant recherché par les Arabes depuis l’occupation napoléonienne de l’Egypte ne se trouve ni dans le nationalisme laïc (que ce soit radical, conservateur ou libéral), ni dans le communisme révolutionnaire, le socialisme ou autre, mais un retour à l’authenticité de ce qu’ils appellent l’islam politique populaire ».

Ce courant a trouvé malheureusement des adeptes dans certains courants de la gauche en Europe également, certes minoritaires mais néanmoins présents. L’islam politique devient pour cette tendance un agent de modernisation et la religion islamique est la langue et la culture essentielle des peuples musulmans. Dans leur vision donc, l’Islam devient la force motrice de l’histoire en Orient, et non comme en Occident, les intérêts économiques, les luttes de classe et les forces sociopolitiques.

L’Islam politique et les processus révolutionnaires

Cette vision considère ainsi l’Islam politique comme des « anti-impérialistes » ou des « progressistes », et les comparaisons avec les mouvements de la théologie de la libération ont alors fleuri. Nous réfutons ces adjectifs dans leur totalité. Il faut bien sûr reconnaitre l’élément anti-impérialiste de certains mouvements luttant contre Israël, d’ailleurs mis à part Hamas et Hezbollah il est souvent rhétorique, mais cela ne suffit pas à les caractériser comme anti-impérialiste ou progressiste. Ils n’encouragent en effet pas de politiques visant à émanciper la société, tandis qu’ils ne s’opposent pas aux politiques néolibérales tout en s’opposant le plus souvent aux syndicats. La lutte contre les inégalités sociales et la pauvreté ne peut en aucun cas être combattue à travers la charité, élément qui caractérise ces mouvements, mais maintient au contraire les injustices sociales et ne remet pas en cause le système en place qui permet ce genre de maux. Les mouvements de l’Islam politique ont enfin tendance à promouvoir l’idée que la libération et le développement des pays arabes dépendent en premier lieu de l’affirmation de leur identité islamique, qui serait « permanente » et « éternelle » dans leur illusion, et non en luttant contre le capitalisme et l’impérialisme. D’autres questions peuvent être également débattues comme la lutte pour les droits de la femme, la lutte contre le communautarisme, quel Etat, etc.

Il est certain que nous devons nous opposer aux discours islamophobes développés et entretenus par les élites et les médias de l’Occident contre les mouvements de l’Islam politique et s’opposer à la répression contre ces derniers lorsque c’est le cas dans certains pays. Cette position de principe ne doit par contre pas nous empêcher de soutenir et de lutter pour le changement radical dans les sociétés de la région. Il nous faut développer une analyse matérielle et de classe des dynamiques sociétales et de ces partis de l’Islam politique, lesquels comme nous pouvons le constater en Egypte et en Tunisie par exemple s’opposent à travers différents moyens à la continuation des processus révolutionnaires et au changement radical.

Les exemples de l’Egypte et de la Tunisie

L’Egypte et la Tunisie, ou les Frères musulmans (FM) sont au pouvoir, cherchent depuis le début de leur élection à renforcer ou à maintenir les liens diplomatiques, économiques et politiques de leurs Etats avec les puissances occidentales impérialistes. Ainsi, le gouvernement égyptien a reçu début septembre une délégation d’hommes d’affaires étasuniens pour encourager les investissements, alors que la contestation socio-économique est tenue à l’œil.

La répression contre les grèves n’a en effet cessé d’augmenter avec l’arrivée du président Morsi, candidat des FM au pouvoir. De nombreuses lois et initiatives interdisant les grèves et manifestations de travailleur·euse·s ont été promulguées. Le nouveau régime tente de briser la volonté des travailleur·euse·s en grève, tandis que le ministère du travail travaille simultanément sur l’affaiblissement et la tentative de contrôler le mouvement syndical indépendant. Une peine de 3 ans a été prononcée contre 5 syndicalistes le 23 septembre par exemple, condamnation la plus sévère prononcée dans un tel cas depuis plus de 30 ans.

Depuis la début Août et le nouveau gouvernement dirigé par les Frères Musulmans, les forces de sécurité ont dispersé avec force un certain nombre de manifestations. Les Forces de l’ordre ont attaqué les chômeurs qui manifestaient devant une centrale électrique à Alexandrie, tuant un homme; elles ont agressé des travailleurs impayés de plantation d’arbres – y compris des femmes – lors d’un sit-in devant le ministère de l’Agriculture, elles ont assiégées des chauffeurs d’autobus en grève dans leurs garages à travers le Caire; ont agressé et dispersés »un sit-in d’enseignant en dehors du Cabinet; ont battu des vendeurs de rue au Caire et ont confisqué leurs marchandises; ont agressées des personnes handicapées au chômage cherchant un emploi et qui manifestaient devant le palais présidentiel; ont agressé les conducteurs de microbus en grève et en arrêtant quatre, et ont attaqué des travailleurs du pétrole» en grève dans la ville de la mer Rouge Ras Ghareb.

En outre, des organisateurs syndicaux au Syndicat indépendant des employés publics de l’Autorité des transports et de l’Union Indépendante des agents de bord ont été arrêtés et interrogés par le parquet sur ​​des accusations d’initiateurs de grèves.

En Tunisie également, les luttes politiques et socio-économiques n’ont pas cessé, tandis que la répression contre les syndicalistes et autres activistes augmentaient de manière progressive.

Depuis février 2012, il y à une remontée des luttes à tous les niveaux. La politique du gouvernement en place suite aux élections d’octobre 2011 est en effet dans la continuité de celle Ben Ali. Ces derniers mois des vagues de grèves et de manifestations contre la politique du Parti islamiste Ennahdha ont eu lieu. Dans la région de Kasserine, par exemple, il y a eu des grèves générales dans Majel Bel Abbès il ya aout, à Thala, Sbiba, Hassi Frid et à Laayoune en octobre. Il ya presque toutes les semaines des manifestations et des sit-in à Kasserine et dans différentes zones locales.

Les grèves sont coordonnées par les dirigeants de la fédération syndicale UGTT. Dans la province de Kasserine, l’UGTT compte 19000 membres dans différents secteurs économiques, et tous les quatre ans, ils élisent un exécutif composé de neuf membres régionaux qui à son tour élit un secrétaire général. La quasi-totalité des 4000 enseignants répartis dans 65 écoles (écoles préparatoires et lycées) sont membres de l’UGTT.

Cet été un grand nombre de mobilisations ont eu lieu pour le droit à l’eau, le droit à l’électricité, ainsi que pour la défense des droits des femmes. Dans la rue, mais aussi dans les entreprises, comme à l’hôpital de Sfax où quatre syndicalistes ont été emprisonnés en Aout. D’autres syndicalistes ont également été arrêtés à plusieurs reprises à cause de leurs oppositions aux politiques du gouvernement et activités syndicale tel que Abdesslem Hidouri, syndicaliste, l’un des coordinateurs des sit-in de la Casbah 1 et 2, et membre de la Ligue de la Gauche Ouvrière arreté dans le village d’El Omrane, de Menzel Bouzayeinne, à la suite d’une manifestation pour revendiquer leurs droits à un travail digne et à un développement équitable entre les régions. La nuit du 27 septembre, les forces de l’ordre les ont attaqués avec une brutalité qui rappelle celle de l’ère Ben Ali, marquée par le pillage et l’arrestation de 25 personnes, dont le syndicaliste Abdesslem Hidouri.

En Octobre, un important rassemblement d’avocat•e•s, de militantes féministes de l’ATFD (association tunisienne des femmes démocrates), des syndicalistes, des représentant.e.s des différentes organisations de la gauche combative, de journalistes progressistes, d’artistes etc… a eu lieu devant le tribunal le jour face à l’affaire de la femme violée par des policiers et ensuite accusée d’atteinte à la pudeur. Les mouvements populaires ont pu ainsi mettre le juge d’instruction sous pression pour qu’il abandonne les charges contre la victime.

Les syndicats des journalistes et de la presse se sont aussi mobilisés pour dénoncer le gouvernement, dominé par les islamistes d’Ennahda, pour avoir nommé, sans consultation des rédactions et des organisations professionnelles, de nouvelles directions à la tête de télévisions, radios et journaux publics depuis le début de l’année. Les autorités sont ainsi accusées de chercher à contrôler les lignes éditoriales de ces médias.

Les syndicalistes jouent un rôle moteur dans ces mobilisations, une véritable dynamique existe entre le syndicalisme et le reste du mouvement social. Le rôle de l’UGTT est décisif pour que cette articulation se développe.

Conclusion

Les courants orientalistes et d’orientalisme en retour, qui voyaient pour des raisons différentes et opposées la religion comme le moteur de l’histoire dans cette région peuvent revoir leur copie, car les mots d’ordre de ces révolutions n’ont pas été « l’Islam est la Solution », mais bien « La révolution continue est la Solution » ou encore « Pain, Liberté et indépendance ».

Les processus révolutionnaires au Moyen Orient et en Afrique du Nord ont ouvert une nouvelle page de luttes et d’émancipations, pas simplement au niveau régional, mais international également.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: