Manucures à Quatre Ans: Nouvelle Obsession Libanaise

Publié egalement http://leplus.nouvelobs.com/contribution/721286-manucures-a-quatre-ans-nouvelle-obsession-libanaise.html

Notre réponse à l’article paru dans L’Orient Le Jour sur les salons de beauté pour petites filles

Le dernier article de L’Orient-Le Jour sur les spas pour lolitas en herbe fait froid dans le dos. Le quidam y apprend malheureusement que des salons de beauté de tous poils poussent comme des champignons dans les rues et les malls de Beyrouth et de ses environs, répondant par là à une demande toujours plus accrue de pin-ups de trois – quatre ans, vociférant à coups de pieds par terre qu’elles veulent un brushing et une manucure-pédicure rose, sous peine d’être regardées de haut dans le bac à sable.

Fût un temps où un caprice pour avoir une poupée vous attirait les foudres de votre mère qui refusait de vous acheter une énième Barbie, tout simplement parce qu’il est important d’apprendre à un moment donné la valeur de la frustration (on ne peut pas tout avoir dans la vie, tu as déjà 54 poupées et continue à te rouler par terre jusqu’à demain après-midi tu ne l’auras quand même pas). Ce temps semble être révolu au profit (et c’est là le drame, la quête du profit parvenant à convaincre des parents crédules de modes stupides et inutiles) au profit donc de l’accession à tous les caprices des jeunes et des moins jeunes.

 

Cette tendance aux salons de beauté pour tout petits est catastrophique avant tout car elle permet de répliquer à l’extrême des binaires de genre suffisamment nuisibles à la société en l’état sans en rajouter en formatant les enfants depuis la plus tendre enfance. En effet, cette mode conforte les préjugés de genre qu’il est ensuite impossible à déconstruire : les petites filles aiment le rose, aiment aller chez le coiffeur et s’occuper exclusivement de leur apparence alors que les petits garçons sont des aventuriers en herbe qui n’ont pas besoin de manucure. Soit dit en passant, c’est comme ça qu’on se retrouve avec des adultes assurant avec aplomb la supériorité du sexe dit ‘fort’ comprenez, les hommes, sur le sexe dit ‘faible’, comprenez, les fillettes qui resteront leur vie durant des fillettes qui n’ont rien d’autre à faire que de rester chez le coiffeur. Pour rappel, la loi Libanaise continue à biens des égards à discriminer les femmes (droits relatifs à la citoyenneté dont l’impossibilité de transmettre sa nationalité à son mari et ses enfants, droit à la sécurité sociale, divorce, héritage, mariage, violence contre les femmes), discrimination due à la société patriarcale qui a intérêt à garder les femmes en citoyennes de seconde zone. Au lieu de remettre en question ces schémas pour parvenir à une société plus égalitaire, les ‘entrepreneurs’ et les personnes les soutenant n’ont aucune scrupule à enfoncer le clou de l’inégalité de genre.

 

D’autre part, ce phénomène social est dangereux pour les enfants eux-mêmes. Les petites filles ainsi habituées à accorder plus de temps que nécessaire à penser à leur apparence et à leur ‘beauté’ n’apprendront à mesurer leur valeur qu’à l’aune de leur apparence physique, cherchant toujours de nouvelles techniques pour paraître plus belle. Voici donc comment l’industrie des salons de beauté relaiera celle de la chirurgie esthétique. Dans un pays où une femme n’est considérée une réussite que lorsqu’elle est mariée avec une parti avantageux, parti qui ne dépend que de sa beauté, où les opérations de ‘Tajmil’ sont monnaie courante, et ce, sur des filles de 16 ou 17 ans, la pression sociale de conformisme esthétique est suffisamment importante sans la faire commencer dès l’âge où normalement on court après des ballons en riant. Sans compter que cette pression finit par avoir des conséquences néfastes sur la santé mentale des filles et des femmes, lesquelles se retrouvent avec des problèmes d’estime et d’image se soi qui peuvent les entraîner à avoir des comportements malsains vis-à-vis de la nourriture par-exemple.

 

Il est par ailleurs choquant de voir les autorités religieuses et pseudo-civiles du Liban monter au créneau dès qu’il s’agit de respecter les droits de la femme qui lui sont dus, taxant ces droits d’importation de l’Ouest, tout en restant allègrement silencieuses sur les capitalistes assoiffés de profit utilisant la moindre excuse pour commercialiser tout ce qui peut l’être, en l’occurrence, l’enfance. Si l’on avait encore besoin de preuves de la collusion de l’establishment politico-religieux et économique, cet exemple serait le bon moment d’arrêter de douter et d’y croire.

 

Enfin, certaines mères pourront argumenter que ‘déposer’ leurs filles au salon de beauté les libèrent pour faire des courses. Mesdames, voici quelques autres exemples d’activités qui vous libèreront de vos enfants pour quelques heures tout en vous coûtant moins cher et en développant leurs aptitudes intellectuelles et créatives : la danse, le dessin, la natation, le football, le basketball ou tout sport d’équipe, ou alors, et retenez votre souffle pour cette idée révolutionnaire. Vous pourriez également les emmener avec vous, faire en sorte qu’elles vous aident pour les courses et par là les responsabiliser. Ou encore, envoyer le père (oui oui, le père, cette entité intouchable) faire les courses et allez vous promener sur la plage de Ramleh avec votre enfant, laissez-la courir et rire. En bref, tout, absolument tout vaut mieux que de la laisser, passive, vérifier si son esthéticienne ne déborde pas.

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: