Les peuples en lutte absents des analyses

Imagearticle publié le vendredi 8 février dans le journal Le Courrier

Deux ans après le début des processus révolutionnaires dans différents pays du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, les analystes, gouvernements et autres «experts» du monde politico-médiatique ne chôment pas pour donner leurs opinions sur ces évènements.

Pour les gouvernements, la presse occidentale mainstream et les mouvements conservateurs en général, le «printemps arabe» a laissé la place à un «hiver islamiste». Tout en poursuivant un discours islamophobe et orientaliste1 à bien des égards contre les populations de la région et, bien sûr, contre les populations immigrées dans leurs propres pays, les gouvernements occidentaux entretiennent des liens très proches avec les mouvements issus de l’Islam politique qui gouvernent actuellement la Tunisie et l’Egypte.

La Tunisie entame en effet le dernier stade des négociations au sujet de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) avec l’Union européenne (UE) et le parachèvement des négociations, à ce sujet, est prévu pour fin 2013. L’Egypte, elle, a conclu un accord préliminaire avec le FMI sur la base de son engagement à mettre en œuvre un programme de réforme économique qui vise à réduire de 2,5% le déficit budgétaire du pays (actuellement à 11% du PIB) à l’horizon de 2014 par une série de mesures d’austérité qui toucheront les classes populaires.

De même sur la question d’Israël, ces mouvements maintiennent le statu quo, comme en Egypte où les accords passés avec l’Etat sioniste ne sont pas remis en cause et où, pire encore, le gouvernement des Frères musulmans souhaite encore développer les zones industrielles qualifiées (ZIQ)1, qui ren­forcent la collaboration avec l’Etat d’Israel.

Les liens entre les courants de l’Islam politique et les gouvernements occidentaux se font malgré les dérives autoritaires, tout simplement parce que les premiers, en poursuivant des politiques similaires à celles des anciens régimes, ne remettent pas en cause les intérêts politico-économiques des pays impérialistes. Le double discours des gouvernements occidentaux n’est donc pas une surprise; il reflète le prolongement de l’hypocrisie des puissances impérialistes qui visent le seul maintien de leurs propres intérêts. L’intervention au Mali ne peut être comprise que sous cet angle: il s’agit, en d’autres termes, de préserver les intérêts politiques et économiques français.

Pendant ce temps, certains courants de gauche perçoivent les processus révolutionnaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient d’un mauvais œil. Pour la gauche sud-américaine et ses supporters, ces «événements» –le terme «révolution» est proscrit de ces cercles– sont appréhendés comme étant les fruits d’un complot euro-étasunien visant l’avancée des intérêts occidentaux. L’analyse géopolitique prédomine, selon laquelle le contrôle des zones d’influence – et non la volonté des peuples– serait la cause primordiale de ces processus révolutionnaires. Ce qui a amené le Venezuela de Chavez à accorder son soutien à des régimes autoritaires anti-progressistes comme l’Iran, la Syrie et la Libye.

Un autre courant à gauche, dont fait partie l’intellectuel égyptien Samir Amin, maintient qu’absolument rien n’a changé depuis le début des processus révolutionnaires dans la région. Il est vrai que les changements socio-économiques se font attendre et que l’autoritarisme des gouvernements dirigés par les Frères musulmans, en Egypte et en Tunisie, se manifeste chaque jour davantage. Néanmoins, la résistance est bel et bien présente.

Le processus de politisation des masses et l’explosion des luttes socioéconomiques et politiques témoignent d’un dynamisme important. Les mouvements sociaux en Egypte et en Tunisie jouent un rôle de leadership face aux politiques néolibérales et aux dérives autoritaires des pouvoirs en place. En Egypte, en 2012, il y eu plus de 3400 manifestations –dont plus de 2400 après l’arrivée de Mohamed Morsi au pouvoir en juin– sur des questions économiques et sociales(3). Et, depuis le début du soulèvement populaire le 25 janvier 2011, plus de 1000 syndicats indépendants ont été créés au niveau national. En Tunisie, l’activisme de l’UGTT sur la question sociale et démocratique est primordial à tous les niveaux. En Syrie, depuis le début de la révolution, les principales formes d’organisation ont été des comités populaires au niveau des villages, quartiers, villes et régions. Véritable fer de lance du mouvement mobilisant le peuple pour les manifestations, ces comités populaires ont aussi développé des formes d’autogestion basées sur l’organisation des masses dans les régions libérées du joug du régime. Des conseils populaires élus ont vu le jour pour s’occuper et gérer les régions libérées, prouvant par là que c’est le régime qui provoque l’anarchie et non le peuple.

Le grand absent de toutes ces analyses est bien le peuple en lutte pour son émancipation, dans sa conscientisation accélérée et son implication dans les processus révolutionnaires. Acteur principal, le peuple ne peut plus être ignoré pour comprendre les dynamiques de la région et leurs retentissements mondiaux à l’image du mouvement Occupy qui s’est inspiré des révolutions du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

1 Lire «Islamophobie et orientalisme inversé», Le Courrier du 28 janvier 2013.https://cafethawrarevolution.wordpress.com/2013/01/28/islamophobie-et-orientalisme-inverse/

2Dans le cadre de leur coopération économique, Israël et l’Egypte ont créé cinq ZIQ dont les produits peuvent être vendus sans quota ni droits de douane sur le marché étasunien, à condition qu’ils intègrent au moins 11,2% de composants israéliens.

3Benin J., Workers, Trade Unions and Egypt’s Political Future, (18 janvier 2013, http://www.merip.org/mero/mero011813#_1_

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: