Dieudonné, vous avez dit anti-système?

 

Image

L’affaire Dieudonné a révélé de nouvelles et nombreuses contradictions chez certaines sections de jeunes, très souvent issues des classes populaires, qui revendiquent leur soutien à Dieudonné car ce dernier serait anti système.  Mais elle démontre surtout que dans une période de faiblesse de la gauche radicale et de ses idées progressistes, la colère d’une partie des classes populaires peut être détournée et prendre un côté réactionnaire dangereux à combattre.

L’objet de cet article est de démontrer que Dieudonné est loin d’être anti système et en deuxième lieu comment véritablement lutter contre le système.

Dieudonné est il anti système ? Certainement pas, tout d’abord selon Dieudonné le système est dominé par les juifs et le sionisme, sous couvert d’antisémitisme, serait la source de la crise économique, politique et sociale qui affecte les populations dans le monde entier. Dans son explication antisémite du système, les dynamiques du capitalisme et de l’impérialisme sont complètement absentes. De plus Dieudonné rejoint ses amis de la théorie du complot qui mettent tout ce qui va mal dans le monde sur le compte d’une soi-disant « conspiration juive mondiale ». D’ailleurs ce n’est pas un hasard si le tristement célèbre geste de la quenelle, qui selon lui est un symbole d’insoumission au système » mais surtout antisémite de par sa compréhension su monde,  s’est multiplié devant des lieux liés à la communauté juive » comme à Auschwitz ou l’école Ozar Hatorah de Toulouse. Dieudonné a d’ailleurs participé à la conférence Axis for peace de Thierry Meyssan, adepte de la théorie du complot, pour qui le 11-septembre est un coup de la CIA pour justifier les guerres à venir et pour qui l’axe du Bien passe par l’Iran, la Syrie, la Russie et la Libye…

Ce genre d’explication affaiblit en fait le combat anti capitaliste en imputant les injustices mondiales et les guerres sur un groupe religieux particulier et non sur les dynamiques capitalistes, des intérêts grandes puissances capitalistes et de l’impérialisme. Comme le disait le marxiste Chris Harmann par rapport aux supporters du théorie du complot et du lobby sioniste « Ceux qui pensent que c’est le « lobby israélien » qui est derrière l’impérialisme US mettent les choses à l’envers. Ils croient que le capitalisme américain pourrait assurer ses intérêts mondiaux sans aventures militaires impérialistes – sans chiens de garde. Cela ouvre la porte à ceux qui voudraient absoudre le capitalisme de tout reproche pour ses crimes, en les mettant sur le compte de minorités ethniques ou religieuses ».[1]

C’est sur un modèle similaire qu’il a développé l’idée que le commerce des esclaves était contrôlé par les armateurs juifs, ignorant les dynamiques capitalistes de l’époque. Le développement de l’esclavage ne peut être compris sans savoir qu’il s’agissait d’un élément essentiel pour les capitalistes anglais qui amassaient des fortunes à travers ce commerce pour financer l’industrialisation de l’Angleterre. Le racisme servant de couverture et de justification à ces dynamiques capitalistes. L’esclavage a en effet pris son essor notamment par le commerce triangulaire avec comme centre l’Angleterre, dans lequel les produits anglais étaient exportés sur les côtes ouest de l’Afrique et échangés contre des esclaves qui étaient finalement envoyés aux Etats Unis, en passant par l’Angleterre ce qui permit le développement important de villes comme Liverpool et Bristol,  dans les énormes plantations. Karl Marx explique bien les dynamiques essentiellement économiques et de la logique de l’accumulation de l’esclavage, couvert par différentes thèses racistes «l’esclavage direct est un élément essentiel de la bourgeoisie industrielle comme les machines, les crédits, etc.. sans esclavage vous n’avez pas de coton, sans coton vous n’avez pas d’industries modernes. C’est l’esclavage qui a donné aux colonies leurs valeurs, ce sont les colonies qui ont crée le commerce mondial, et c’est le commerce mondial qui est la pré-condition pour des industries de grandes échelles. Ainsi l’esclavage est une catégorie économique de la plus grande importance»[2].

La thèse antisémite de Dieudonné de l’esclavage est à l’origine apparue aux USA, au sein de la Nation of Islam, une secte « musulmane » afro-américaine ayant une vision très particulière de la religion et du monde : le Blanc est l’envoyé de Satan, le Juif coupable de l’esclavage, et le Noir est un être supérieur, etc… Si Dieudonné ne reprend pas le délire racial de la Nation of Islam, il en reprend les arguments concernant les juifs et l’esclavage. Dieudonné a aussi qualifié le mariage gay de : « projet sioniste qui vise à diviser les gens », surfant sur l’opposition de l’extrême droite au projet du mariage pour les personnes du même sexe.

La soi disant opposition au système de Dieudonné est aussi remis en cause sachant que  ce dernier n’a pas tardé à déposer auprès de l’INPI (Institut national de la propriété intellectuelle) les marques « quenelle » et « quenelle + », développant ainsi une stratégie merchandising fleurissante via la distribution de produits dérivés sur le web. Sa société de conseil en communication « e-quenelle » affiche en 2012 un chiffre d’affaires de 88 100 euros et sa société de production 1,8 million. Le système n’est  pas si condamnable finalement pour Dieudonné…

De même comment Dieudonné pourrait il être anti système en soutenant et en s’alliant au niveau national et international avec des acteurs politiques s’opposant à l’émancipation et aux intérêts des classes populaires en France et à l’étranger. Dieudonné est en effet lié au Front national (FN), aux milieux antisémites négationnistes et autres courants fascistes. Dieudonné a loué au FN son théâtre de la Main d’Or (200 places) pour 60 000 euros, soit plus cher que le Zénith de Paris (6 300 places). D’ailleurs lors d’un spectacle de Dieudonné le 18 décembre 2006 au Zénith de Paris, une brochette de représentantEs du FN, Bruno Gollnisch, Jany Le Pen (épouse de Jean-Marie), Éric Iorio (ex-mari de Marine Le Pen) et Jean-Michel Dubois, sont présents, en plus de Alain Soral et Thierry Meyssan.

De même, les affiches de la liste antisioniste de 2009, dont Dieudonné était à la tête, ont été imprimées par l’imprimeur historique du FN (Le Rachinel) et même payées d’avance. 
Cette liste anti sioniste, qui n’a d’anti sioniste que le nom, regroupait toute une galaxie lié à l’extrême-droite: des anciens du Renouveau français (groupuscule catholique, royaliste et contre-révolutionnaire), des musulmans du Centre Zarah, une officine chiite pro-iranienne dirigée par Yahia Gouasmi, d’anciens Verts exclus du parti écologiste pour antisémitisme, des musulmans proches du FN, et Alain Soral. Cette liste anti sioniste ne faisait que peu de cas de la solidarité avec la cause palestinienne, en effet dans les 15 points du programme du « Parti Anti-Sioniste », les mots « Israël » ou « Palestine » sont absents. D’ailleurs de nombreuses organisations en solidarité avec la Palestine ont clairement déclaré que Dieudonné et sa clique ne servent pas la lutte de la cause palestinienne.

Alain Soral est un ami de longue date de Dieudonné et son idéologue. Il est un ancien cadre du FN et le fondateur du groupe Egalité et Réconciliation qui est un mouvement idéologique fascisant se définissant  comme « la gauche du travail et la droite des valeurs, pour une reconstruction nationale ». Alain Soral et son groupe n’ont cessé de multiplier les déclarations contre les immigrés et contre le mouvement ouvrier.  Alain Soral s’inscrit dans la lignée du fascisme mussolinien. Selon lui, prolétaires et patrons sont victimes au même niveau du système capitaliste. Il appelle donc de ses vœux à l’union des classes populaires et de la bourgeoisie nationale.

Continuons avec les relations avec l’extrême droite de Dieudonné. En pleine affaire Clément Méric, Dieudoné avait publié la vidéo d’un entretien avec Serge Ayoub,  chef de l’organisation d’extrême-droite JNR, « Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires », dissoutes après la mort de Clément Méric et qui se proclame descendant des SA Nazis. Dan cette vidéo ce dernier tente par tous les moyens de salir la mémoire du militant anti fasciste assassiné par des fascistes, avec l’approbation de Dieudonné. D’ailleurs plusieurs militants d’extrême droite (dont des JNR) assureront la protection du théâtre de la Main-d’or et de Dieudonné à plusieurs reprises.

Les amitiés de Dieudonné parlent pour son soi disant anti système : Jean-Marie Le Pen (parrain de sa fille), Alain Soral (son idéologue préféré), Robert Faurisson (le plus connu des négationnistes et que Dieudonné a fait monter sur scène une fois) ou Frédéric Chatillon (ami personnel et conseiller de l’ombre de Marine Le Pen, et ancien chef du GUD (duquel sont issues Unité Radicale, groupuscule auquel appartenait Maxime Brunerie, puis les Identitaires).

Au niveau international Dieudonné n’hésitera pas à chanter les louanges de plusieurs dictateurs. En 2009, Dieudonné rencontre Mahmoud Ahmadinejad à Téhéran qu’il présente par la suite comme un résistant, un « maître quenellier » dans un spectacle d’ailleurs intitulé « Mahmoud ». Il multiplie les voyages en Iran et sa liste « antisioniste » en 2009 sera d’ailleurs largement financée par la République Islamique d’Iran à la hauteur de 300 000 euros.  Son film l’Antisémite, sorti en 2012, avait aussi bénéficié de fonds venant directement de l’entourage du président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad.

En mars 2011, au début de la révolte populaire libyenne il voyage en Libye en soutien à Khadafi. De même Dieudonné n’a cessé de répéter et manifester aussi son soutien au régime dictatorial des Assad. Dieudonné rejoint d’autres groupes d’extrême droites et fascistes de l’Europe qui soutiennent le régime assassin des Assad: le FN, Forza Nuova et Casa Pound (Italie), l’Aube Dorée et Black Lilly (Grèce), le British National Party (Royaume-Uni) et le National Rebirth of Poland, Falanga et All Polish Youth (Pologne). Pour ne rien oublier, le garde du corps de Dieudonné accompagnait les soutiens de du régime Assad à la conférence de Genève en Janvier 2014 pour agresser des opposants syriens. Les régimes dictatoriaux iraniens, libyens et syriens ont tous poursuivis des politiques néo libérales et ont tous réprimés à travers leurs histoires  les mouvements de contestations populaires et en particulier les partis et individus progressistes. Les rhétoriques soi disant “anti américaines” de ces régimes ne peuvent cacher leurs politiques de coopération avec l’impérialisme américain et autres comme russe et chinois à plusieurs reprises et de répression des classes populaires.

Comme nous pouvons le voir Dieudonné n’est pas une personnalité anti système, bien au contraire par son discours il détourne la colère légitime d’une certaine partie de la population, au profit de la classe capitaliste. Cette” Antisystème ” que se revendique Dieudonné et ses comparses ne servent que cette section réactionnaire française qui cherche à protéger les intérêts d’une classe parasitaire et n’est en aucun cas en contradiction avec les logiques et dynamiques capitalistes.

Toutes ces dérives doivent être combattus sans relâche par les mouvements anti capitalistes, anti- fascistes et anti racistes. Les dérives de Dieudonné et plus largement des phénomènes racistes et fascistes, ne se combattent néanmoins pas par des circulaires du ministre de l’intérieur Manuel Valls interdisant à Dieudonné de produire un tel spectacle. Le PS est responsable de la montée du racisme et des groupuscules fascistes en France en continuant les politiques des gouvernements précédents de l’UMP et du PS lui même, notamment les mesures néo libérales, comme lors du dernier discours du Président Hollande annonçant 30 milliards d’euros de cadeaux sur les cotisations patronales aux dépends des salariés, et de poursuite des politiques islamophobes et racistes , notamment du Ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui tente de battre les records d’expulsion d’étrangers du gouvernement précédent,  et a fait des déclarations racistes contre les Roms ou quand il regrettait qu’il n’y ait pas assez de « white » et trop de noirs à Evry.

La conséquence de ces politiques ne fait pas l’ombre d’un doute, particulièrement dans le climat raciste actuel : elle donnera sans doute aux municipales une nouvelle montée du FN. Comme je l’ai dit auparavant je suis contre l’interdiction des spectacles de Dieudonné, comme du FN ou de groupes d’extrême droite, car le seul effet sera de les poser en victimes du système et donc de les renforcer. De plus, interdire l’expression d’un individu ou d’un groupe parce qu’on suppose qu’il va tenir des propos condamnables juridiquement est un précédent très dangereux qui pourrait demain être utilisé contre tous ceux qui critiquent les pouvoirs en place et en particulier la gauche et les mouvements sociaux. Mais en aucun cas peut on accepter l’argument du droit de la liberté d’expression dans le cas de Dieudonné, le racisme n’est en effet pas une opinion, c’est un délit, il en va de même pour l’antisémitisme.

Il est  nécessaire de rappeler que le fascisme a toujours été le meilleur allié d’un système capitaliste en difficulté pour lui permettre de retrouver ses marques lorsque il a été mis en difficulté par les crises qu’il engendre, le cas de la Grèce et de l’Aube dorée étant un exemple parlant. C’est pourquoi toute stratégie contre le fascisme doit s’inscrire dans une lutte anti capitaliste. De même, nous devons également comprendre que la réussite des groupes fascistes se base sur les trahisons des partis sociaux démocrates au pouvoir, ainsi que la faiblesse de la gauche radicale non gouvernementale comme du mouvement social et ouvrier. Comme l’affirmait Olivier Besancenot, figure du NPA, « si il n’y a pas de contestation qui apparaît à la gauche du gouvernement de façon audible, crédible, visible et permanente pour donner de la confiance, ce sont les discours haineux qui prévalent »[3].

La seule réponse efficace est en effet de construire un mouvement anti capitaliste et antifasciste unitaire, car nous devons rappeler que le racisme est utilisé par les acteurs bourgeois pour diviser les classes populaires et les empêcher de s’unir contre le système capitaliste, le véritable ennemi des classes populaires sans distinction de couleurs, religions, etc…

Les mots de la révolutionnaire Rosa Luxemburg prononcées pendant la 1ère guerre mondiale restent d’une actualité criante «  Socialisme ou barbarie ».


[1] Harman C. (2006), La Théorie du complot affaiblit le mouvement

http://quefaire.lautre.net/spip.php?page=article&id_article=171

[2] Marx K. (1847) The poverty of philosophy, chapitre 2; pour en savoir plus sur les racines du racism lire “The roots of Racism” Ken Olende, dans “Say it loud, Marxism and the fight against racism”

[3] Interview Olivier Besancenot, (2014), France : L’urgence est d’organiser la révolte à gauche, http://www.lcr-lagauche.org/lurgence-est-dorganiser-la-revolte-a-gauche/

Comments
One Response to “Dieudonné, vous avez dit anti-système?”
  1. Ivan Gandolfo says:

    Cher monsieur, sans être totalement convaincu par les propos que vous développez, je vous remercie d’avoir enfin prit, pour une fois, ce thème avec distance et réflexion. Deux choses qu’aucun média ne fait en ne cessant de vomir les même stupidité prête à pensée et pro-système.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: