Comprendre, mais surtout combattre le FN et ses idées

22973_imageLes résultats des élections européennes en France ont vu, comme il était annoncé depuis longtemps d’ailleurs, la victoire du Front National avec plus de 25% des voix. Quel constat donné à ces résultats ? Qui sont les principaux responsables de cette situation ? Mais surtout quelle réaction maintenant ?

Tout d’abord, avant d’aborder ces questions, il est important de rappeler que depuis plusieurs années on n’observe une politique de dédiabolisation du Front National de manière directe et / ou indirecte.

Les médias français ont joué un rôle important dans cette dédiabolisation en invitant de manière régulière, et même davantage, Marine Le Pen et les responsables du FN sur leurs plateaux pour diffuser leurs idées fascistes et réactionnaires au grand public, mais également en leur permettant très souvent d’imposer les grands débats publics. Un exemple frappant et tout récent est lorsque les grands médias s’emparent de « l’affaire » des condamnations du FN, supplée par l’UMP également, qui demande la démission de la Ministre de la Justice Christiane Taubira pour ne pas avoir chanté la Marseillaise lors de la journée de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage, mais qui restera assez silencieux lorsque le nouveau maire élu du FN de Villers-Côtterets à annoncer qu’il ne voulait pas de commémoration de l’abolition de l’esclavage le 10 mai dans sa commune. Silence média à nouveau lorsque le nouveau maire FN de Mantes-la-Ville (Yvelines) en avril à bloquer l’aménagement d’une salle de prière, pour laquelle les autorisations avec la municipalité et la Communauté d’agglomération ont été obtenus en 2013.

Mais il serait bien trop facile de mettre la faute uniquement sur les médias, bien entendu et cela serait une erreur d’ailleurs. Les médias ne sont le reflet que des forces en présences et l’instrument des élites au pouvoir. De même accabler les abstentionistes est trop facile. Non les principaux responsables de la dédiabolisation du FN sont l’UMP et le PS, qui en plus d’avoir poursuivi des politiques anti sociales depuis plus de 30 ans appauvrissant toujours de plus en plus les classes populaires, ont également et surtout repris un certain nombre de thèmes et idées du FN comme le « problème de l’immigration » ou sur la « question de l’identité nationale »., dédiabolisant de fait ce dernier.

C’est en effet bien l’actuel Premier Ministre Manuel Valls, qui déclarait en 2013 en tant que Ministre de l’Intérieur que les Roms «ont vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie… Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation avec les populations locales… C’est illusoire de penser qu’on réglera le problème des populations roms à travers uniquement l’insertion. Sans oublier l’UMP sous l’ère Sarkozy qui alors concurrençait de très près le FN. C’est bien Jean François Copé qui déclarait “comprendre l’exaspération de certains de nos compatriotes, père ou mère de famille, rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s’est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le Ramadan” ou bien lorsque Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur, disait «Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas”… De nombreux autres exemples peuvent être cités et celui depuis les années 80. Souvenons nous des paroles du Premier ministre socialiste Pierre Mauroy, du ministre socialiste de l’Intérieur Gaston Defferre et du ministre socialiste du Travail Jean Auroux qui avaient stigmatisé les grévistes CGT de Renault-Billancourt, en majorité des « travailleurs immigrés », en les accusant d’être manipulés par des « intégristes ». Mauroy déclarait notamment au journal le Monde du 11 février 1983 que les grévistes de Renault « sont agités par des groupes religieux et politiques qui se déterminent en fonction de critères ayant peu à voir avec les réalités sociales françaises »…

La croissance du racisme et de l’islamophobie, légitimés par une fausse conception de l’idée de la laïcité, ont été souvent mis avant par le FN mais par la suite légitimée en grande partie par l’UMP et le PS qui ne se sont guère différenciées sur ces sujets. ‪

Alors que faire face à cette situation? Tout d’abord ne plus se cacher la vérité que malgré les tentatives de la direction du FN autour de Marine Le Pen de faire de grands efforts pour se débarrasser de son image de parti fasciste, il s’agit d’un parti fasciste mais qui bien sûr ne se comporte pas comme ceux des années 20 et 30 et cela pour deux raisons principales.

En premier lieu le FN ne peut pas assumer devant le grand public le bilan politique des fascismes d’État européens dans les années 30 et 40, y compris de ses franges les plus réactionnaires. En effet, l’extermination de six millions de juifs, d’homosexuels, de tziganes, d’autres minorités ainsi que d’opposants politiques est encore très présente dans la mémoire collective des peuples d’Europe et a créé un profond traumatisme jusque dans une grande partie de l’électorat frontiste. Cela ne signifie pas pour autant que le noyau dur du FN a nié cet héritage, Jean Marie Le Pen n’a d’ailleurs pas hésité, et continue de le faire, à plusieurs reprises à contester la véracité historique de la Shoah, minimisant le nombre de victimes et mettant leur mort sur le compte du choléra et autres maladies liées aux conditions d’hygiène et de travail dans les camps de concentration, ou encore réduisant l’Holocauste à « un point de détail ». Ces thèses révisionnistes sont en effet aujourd’hui la seule manière pour les nostalgiques du IIIe Reich et de Vichy d’exprimer une complaisance avec les politiques meurtrières et racistes des Hitler, Pétain et Mussolini. Cet héritage est simplement occulté par la nouvelle direction dans une stratégie de se construire une légitimité politique à travers les différentes élections nationales afin de construire un mouvement populaire plus large.

Deuxièmement le fait qu’historiquement le parti fasciste a pour rôle la destruction du mouvement ouvrier. Il est vrai que le FN ne s’attaque pas directement aux syndicalistes et grèves comme dans les années 20 et 30, mais n’oublions pas que les actions et menaces islamophobes ont enregistré une hausse de 35% au premier semestre 2013, avec notamment l’apparition d’un phénomène en forte augmentation: les agressions physiques ciblant les femmes portant un foulard. Marine Le Pen a toujours contact avec les groupuscules fascistes ayant tué le militant antifacsiste Clément Méric.[1] De même, en 2012 lors des élections présidentielles des partisans FN ont poursuivi et agressé des colleurs d’affiches du Front de gauche. D’autres exemples similaires et multiples peuvent être cités.

Il s’agit aussi de comprendre que le FN n’a également pas besoin de s’attaquer au mouvement ouvrier comme lors des années 20 et 30, car l’UMP et le PS s’occupent très bien d’affaiblir et de détruire le mouvement ouvrier depuis plusieurs décennies par leurs attaques sociales et mesures d’austérité.

C’est Jean Marie Le Pen qui déclarait lors d’un meeting il y a une semaine à Marseille que la surpopulation, et le risque de submersion de la France par l’immigration était  aggravé en France par un fait religieux en joutant : “une grande partie de ces immigrés sont des musulmans, une religion qui a une vocation conquérante, d’autant plus conquérante qu’elle se sent forte et qu’ils se sentent nombreux. Elle va jusqu’à conquérir jusque dans nos propres rangs — pas au FN mais en France — de nombreux et nouveaux fidèles”. Sa solution face au “risque de submersion”:  “Monseigneur Ebola” (virus mortel réapparu ces derniers mois en Afrique), qui pourrait régler cela en trois mois selon Jean Marie Le Pen… Vous avez dit changement???

Le FN continue à construire une base militante autour d’un ensemble d’idées ultra-réactionnaires : racisme, nationalisme, homophobie et sexisme. C’est bien aussi Marine Le Pen qui déclarait que les maires devraient pouvoir ne pas célébrer de mariage gay s’ils le souhaitent, exactement comme les médecins qui refusent de pratiquer des avortements.

En conclusion, il s’agit de combattre le FN dans la rue et pas uniquement dans les urnes, mais également ses idées nauséabondes qui polluent la classe politique dans sa quasi totalité. Le FN doit redevenir infréquentable comme tout parti fasciste et doit ressentir que sa présence est infréquentable. De même il nous faut combattre les mesures d’austérités et d’attaques sociales des gouvernements issus du PS et de l’UMP, ainsi que leurs politiques racistes. Il s’agit d’écraser le FN et ses idées et de combattre les sources de son existence, le système capitaliste et son lot d’oppressions sociales.

De plus le risque d’une volonté de dédiaboliser le FN pourrait continuer par une partie des élites et de la bourgeoisie française si la crise de l’UMP s’alourdissait, qui n’auraient dès lors d’autre “dieu” à se vouer qu’à Marine Le Pen, laissant un boulevard au FN de s’affirmer comme le seul parti de masse de “droite”.  De plus, avec un approfondissement de la crise économique et sociale en France, cela renforcerait encore davantage également une partie de la bourgeoisie française de se ranger derrière le FN.

La seule réponse efficace est en effet de construire un mouvement anti capitaliste et antifasciste unitaire. Il nous faut bien comprendre également que le combat social et l’unité du mouvement ouvrier sont bien sûr une priorité essentielle dans ce combat mais pas suffisant. Une réponse uniquement économiste n’est en effet pas suffisante face au FN et aux fascistes qui proposent un modèle de société réactionnaire, nous devons leur opposer un modèle de société alternatif et progressiste. Cela passe en priorité par la construction des fronts large anti racistes (comprenant la lutte contre les politiques d’immigration criminalisant les étrangers, et la lutte contre les actions anti roms, islamophobes et antisémites), anti homophobe, anti-sexiste et tout autre forme de discriminations.

 

[1] Voir cette video: http://www.npa2009.org/videos/les-liens-entre-m-le-pen-et-les-groupuscules-nazis

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: